Catégories Devenir freelance et le rester

Comment devenir freelance et le rester ?


Comment devenir freelance et le rester ?

Article mis à jour le par Adrien Asselineau

Vous vous apprêtez à devenir freelance, et vous ne savez pas par où commencer ? Vous êtes freelance, et vous aimeriez savoir comment le rester ? Alors cet article est fait pour vous !

Freelance depuis 2017 dans le référencement web, je souhaite partager avec vous mon retour d’expérience pour vous aider à vous lancer à votre tour et à pérenniser votre activité d’indépendant.

Voici ma méthode en 10 étapes pour devenir freelance et le rester.

L’article est également disponible au format vidéo :

 

Freelance : définition, avantages et inconvénients

Avant de rentrer dans le vif du sujet, rappelons en quelques mots ce qu’est un freelance pour qu’on parle bien de la même chose. Prenons également une minute pour parler des avantages et des inconvénients du statut de freelance.

 

Qu’est-ce qu’un freelance ?

Un freelance est un travailleur indépendant qui gagne sa vie en vendant des prestations de services aux entreprises.

Au Moyen-Âge le terme freelance désignait un mercenaire qui offrait sa lance au plus offrant”.

Il n’a pas de contrat de travail, ou de bulletin de paye. Le freelance perçoit une rémunération en facturant son temps de travail à ses clients. 

 

Les avantages

La vie de travailleur indépendant n’est pas faite pour tout le monde. Avant de foncer tête baissée, étudiez attentivement les avantages et les inconvénients.

Ce que j’aime le plus dans ma vie de freelance, c’est de pouvoir choisir mes horaires de travail. Le matin, je me réveille vers 08h00, mais je ne commence pas à travailler avant 10h30-11h00. 

Tous les matins (enfin presque), je médite avec l’application Headspace. Ensuite, je fais du sport, des étirements et puis je prends le temps de manger un petit-déjeuner sain (oeufs, fruits et muesli), tout en écoutant un podcast.

La deuxième chose que j’aime le plus dans ma vie de freelance c’est de pouvoir travailler d’où je veux. Grâce au télétravail et à mon statut d’indépendant, je suis libre de pouvoir travailler en voyageant.

En savoir plus sur les avantages du statut de freelance.

 

Les inconvénients

Le principal inconvénient de la vie de freelance, c’est l’instabilité financière. Lorsque j’étais salarié, je recevais le même salaire tous les mois le même jour par virement. Ça me permettait d’avoir de la visibilité. 

Aujourd’hui, pour percevoir une rémunération, je facture mes services après livraison des commandes. Les délais de paiement varient entre les clients. Certains payent le jour-même, tandis que d’autres payent à 15 jours.

Le deuxième plus grand inconvénient, c’est la solitude. Du jour au lendemain, vous n’avez plus de collègues avec qui discuter, rigoler et prendre le café. Il m’arrive de passer des journées entières sans parler à qui que ce soit. 

En savoir plus les inconvénients du statut de freelance.

 

Devenir freelance et le rester en 10 étapes

N’importe qui peut devenir freelance. C’est ce qui rend l’entrepreneuriat beau, car vous n’avez pas besoin de demander la permission à qui que ce soit pour créer votre entreprise.

Maintenant, ce qui nous intéresse, c’est surtout de pouvoir rester freelance le plus longtemps possible. 

Voici ma méthode en 10 étapes pour vous aider à vous lancer en tant qu’indépendant et à le rester le plus longtemps possible.

 

1 – Valider ses prestations

La première étape consiste à définir ce que vous allez vendre. Ce n’est pas toujours évident d’identifier ses prestations freelance. Voici 3 questions qui vont vous aider à bien les choisir :

  1. Qu’est-ce que je sais faire ?
  2. Qu’est-ce que j’aime faire ?
  3. Que demande le marché ?

Trouvez le juste milieu entre ce que vous savez faire, ce que vous aimez faire et ce dont vos prospects ont réellement besoin.

Autre chose, si vous n’avez pas beaucoup d’expérience, ce n’est pas grave ! La vie de freelance n’est pas réservée aux experts. Je n’avais que 2 ans d’expérience quand je me suis lancé, et pourtant ça ne m’a pas empêché de m’en sortir.

Voici un article sur comment choisir ses prestations quand on débute.

 

2 – Identifier sa cible

Maintenant que vous savez quoi vendre, il faut déterminer à qui vous allez vendre

Dans la plupart des cas, les freelances s’adressent aux professionnels. Il peut arriver que dans votre métier, les clients soient aussi des particuliers, mais on va se concentrer sur les entreprises.

Il y a deux grandes catégories dans lesquelles vous pouvez vous placer : la vente directe et la sous-traitance. Les deux stratégies ont chacune leurs avantages et leurs inconvénients.

 

La vente directe

Quand vous êtes en direct, le client vous appartient. Vous gérez tout : le commercial, la production, la facturation et la fidélisation. Il n’y a pas d’intermédiaire et vous appliquez votre taux horaire habituel. 

Vous gagnez plus d’argent, car vous appliquez 100 % de votre taux horaire, mais vous devez tout gérer. Cela prend beaucoup de temps.

De plus, les projets peuvent mettre plus de temps à être signés. Autrement dit, quand vous discutez avec votre prospect, il peut être intéressé par vos services, mais il ne fera peut-être appel à vous que 6 mois plus tard.

L’autre inconvénient de la vente directe en freelance, c’est la difficulté à travailler pour des grandes entreprises. Les entreprises d’une certaines taille préfèrent s’adresser à des sociétés qui ont tout une équipe à mobiliser sur leur projet plutôt qu’à un indépendant, car s’il disparaît dans la nature, il n’y a plus personne pour s’occuper d’eux.

 

La sous-traitance

La sous-traitance signifie que votre client n’est pas le client final, mais une entreprise qui revend vos services à une autre entreprise. Vous travaillez pour le client final, mais au travers d’un intermédiaire à qui vous vous adressez et à qui vous envoyez vos factures.

Lorsque vous êtes sous-traitant, vous ne gérez que la production. C’est votre client qui gère tout le reste : le commercial, la facturation et la fidélisation auprès de son client. 

Vous gagnez du temps, vous ne réalisez uniquement votre métier, et votre client peut rapidement faire appel à vous.

Je m’explique : si les clients de votre client ont des besoins immédiats, alors il va lui falloir quelqu’un pour réaliser la production rapidement. 

Si vous rencontrez votre client au moment même où il a des demandes sur le feu, alors il peut rapidement vous tester en vous confiant un projet.

La sous-traitance peut également vous permettre de travailler sur des projets que vous n’auriez jamais pu obtenir tout seul, comme par exemple pour des grandes marques nationales.

En revanche, l’inconvénient majeur de la sous-traitance c’est le taux horaire. Vu que vous n’êtes pas en direct, vous devez baisser votre taux horaire pour partager la marge avec votre client qui refacture vos prestations au client final.

 

Mon expérience

Quand je suis passé à mon compte, j’ai d’abord fait de la sous-traitance pour les agences de communication web. Cela m’a permis de signer des contrats et de remplir mon planning au bout de deux mois.

Un an et demi plus tard, je m’oriente principalement vers la vente directe pour vendre mes prestations à un taux horaire plus élevé et pour pouvoir gérer la relation client. 

Avec le temps, j’ai découvert que je prends plus de plaisir à travailler en direct avec les entreprises plutôt qu’en sous-traitance.

 

3 – Calculer son taux horaire

Vous savez désormais quoi vendre et à qui. La troisième étape consiste à définir votre taux horaire

Ce n’est pas toujours facile de déterminer son prix. Il n’y a aucune grille tarifaire officielle sur laquelle on peut s’appuyer. Quand on regarde les tarifs des concurrents, ça va parfois du simple au quintuple ! 

Pour calculer votre prix, tenez compte de 5 points :

  • Votre métier ;

Certaines compétences se facturent davantage que d’autres, car elles sont plus recherchées (la loi de l’offre et de la demande).

  • Votre expérience ;

Un débutant se vend moins cher qu’un expert. Ça va de soi. Mon taux horaire a doublé depuis le début de mon activité freelance.

  • Votre spécialité ;

Les spécialistes ont un taux horaire plus élevé que les généralistes, car ils peuvent résoudre des problèmes très spécifiques.

  • La relation avec le client final ;

On l’a dit plus haut dans l’article, votre marge est meilleure si vous êtes en direct que si vous êtes en sous-traitant.

  • Le montant et la durée du contrat.

Le taux horaire varie selon les projets. Il n’est pas toujours identique.

Un client qui a besoin de vous une seule fois peut difficilement négocier vos prix, mais par contre un client qui vous commande beaucoup d’heures et sur une longue durée peut légitimement demander une remise en contrepartie du volume d’affaires commandé.

En savoir plus sur comment calculer son taux horaire.

 

4 – Créer son entreprise

Légalement, pour pouvoir facturer, il vous faut une entreprise. Des statuts juridiques, il y en a plein : micro-entreprise, EIRL, EURL, SASU, SAS, SARL… Ça peut vite paraître complexe.

Chaque statut a des avantages et des inconvénients, mais pour démarrer en tant que freelance, la solution la plus simple, la plus rapide et la plus économique, c’est la micro-entreprise

  • La création est entièrement gratuite. 
  • ll vous suffit de remplir un formulaire en ligne.
  • Une semaine plus tard, vous recevez un numéro SIREN (un numéro à 9 chiffres) qui vous permet de facturer vos services.
  • Vous ne payez des charges sociales que lorsque vous réalisez du chiffre d’affaires.
  • Vous ne payez que très peu de taxes (la CFE, soit la Cotisation Foncière des Entreprises à partir de la deuxième année).
  • Vous avez droit à un abattement au moment de la déclaration de revenus.
  • Selon votre situation, vous avez également droit au chômage et à des aides sociales.

Si vous voulez créer votre boîte pour vous lancer en tant que freelance, j’ai créé une formation gratuite :

Formation gratuite : Comment devenir auto-entrepreneur pour se lancer en tant que freelance ?

En vous inscrivant à la formation, vous accéder à un guide facile à comprendre pour découvrir le statut de l’auto-entreprise, créer votre boîte et la gérer au quotidien.

 

5 – Créer un site internet

Grâce à votre nouvelle entreprise, vous pouvez désormais facturer vos services. La cinquième étape consiste à vous faire connaître

On va bien évidemment parler de prospection, mais vous ne pouvez pas prospecter si vous n’avez pas de site internet. 

Votre site web vous permet de :

  • présenter vos prestations,
  • mettre en avant votre savoir-faire,
  • expliquer pourquoi il faudrait faire appel à vous,
  • afficher vos références,
  • donner un moyen de vous contacter.

Vous pouvez réaliser votre site vous-même grâce à des outils comme WordPress, ou bien externaliser la création à un développeur web.

Les outils sont devenus vraiment simples et agréables à utiliser. Vous n’avez pas besoin de savoir coder pour créer votre site. Par contre, cela prend du temps et le rendu sera (souvent) moins bon que s’il est fait par un professionnel.

Si vous voulez en savoir plus sur comment créer un site vous-même avec WordPress, et quoi mettre dessus pour générer plus de demandes de contact, lisez mon article sur comment créer un site WordPress qui convertir vos visiteurs en prospects.

 

6 – Trouver des clients

La plus grande difficulté d’un freelance est de trouver des clients. Contrairement aux salariés qui n’ont besoin que d’un seul client (= l’employeur), les travailleurs indépendants ont souvent besoin de plusieurs contrats pour pouvoir dégager suffisamment de revenus.

Il y a plusieurs façons de trouver des clients : 

  • la prospection téléphonique,
  • les réseaux d’entrepreneurs (= le networking),
  • la création de contenus,
  • le bouche-à-oreille,
  • les plateformes de freelance en ligne,
  • l’animation de conférences,
  • etc.

Il n’y a pas de solution universelle. Certains travailleurs indépendants vivent grâce aux plateformes, tandis que d’autres trouvent leurs clients uniquement via leur réseau.

Au départ, j’ai trouvé des clients en prospectant les agences de communication. Je prenais mon téléphone, je ciblais une ville et je les appelais toutes pendant une demi-journée.

Ensuite, c’est grâce aux réseaux d’entrepreneurs et à mon réseau personnel que j’ai pu décrocher de nouveaux contrats. C’est mon réseau qui m’a apporté les projets les plus intéressants.

Je n’ai jamais signé de contrat via les plateformes telles que Malt, mais je n’ai pas dû m’y prendre comme il fallait, car d’autres y arrivent bien.

Voici un article complet sur comment trouver des clients en tant que freelance

 

7 – Les satisfaire et les fidéliser

Ça coûte beaucoup moins cher en temps, en argent et en énergie de fidéliser un client plutôt que d’en trouver un autre.

Vous n’avez pas besoin de vous plier en quatre pour qu’ils restent chez vous. Le plus important est de bâtir avec vos clients une relation saine basée sur la confiance et sur la bienveillance.

Voici 5 règles à respecter pour fidéliser vos clients :

  1. Soyez à l’écoute. Les entreprises apprécient les prestataires qui sont capables d’écouter attentivement, de comprendre leurs problèmes et de proposer des solutions simples.
  2. Soyez réactif. Vous n’avez pas besoin d’arrêter tout ce que vous faites à chaque fois qu’un client vous appelle, mais répondez systématiquement aux emails en moins de 24 heures.
  3. Soyez à l’heure aux rendez-vous (physiques ou Skype).
  4. Soyez sincère et transparent, même quand vous avez fait une connerie. Personne ne commet jamais d’erreurs. Il vaut mieux que ça soit vous qui le dites au client plutôt qu’il l’apprenne par lui même.
  5. Faites toujours de votre mieux, ni plus ni moins. 

 

8 – Bâtir une réputation solide

On dit qu’un client satisfait en parle à 3 personnes, et qu’un client mécontent en parle à 10 personnes. Ça prend du temps de bâtir une bonne réputation, mais ça paye sur le long terme.

Tout ce temps que vous investissez dans vos premiers projets, dans la satisfaction de vos clients est rentable à terme grâce au bouche-à-oreille. 

Si vous avez fait de votre mieux, et si vos premiers clients sont contents, ils vont ensuite devenir de véritables ambassadeurs pour vos services. 

Dès que quelqu’un leur demandera s’ils connaissent quelqu’un de bon dans votre domaine d’activité, c’est de vous qu’ils vont parler.

Votre e-réputation est également importante. La e-réputation désigne l’image véhiculée ou subie par une marque, ou un individu sur internet.

Vos prospects vous jugent en fonction de ce qu’ils trouvent en vous cherchant dans Google, en fonction des avis laissés par les autres internautes et en fonction de votre image sur les réseaux sociaux.

Selon une étude Think with Google de 2015, 89 % des acheteurs B2B* effectuent une recherche Google avant de passer commande

*B2B = de professionnel à professionnel.

Les avis en ligne jouent un rôle très important. Dès que vous avez livré une commande, et que votre client est content, demandez lui par email de vous laisser un avis sur votre fiche Google, ou bien d’accepter de laisser son témoignage pour votre site internet.

Voici ma méthode pour récolter un maximum d’avis Google.

 

9 – Maintenir un équilibre

Si vous voulez rester freelance longtemps tout en prenant plaisir à travailler, il faut absolument maintenir un équilibre et faire preuve d’auto-discipline.

Vous n’avez plus de patron. Le patron c’est vous. C’est vous qui fixez les règles et qui définissez les horaires. L’idée est séduisante, mais il y a aussi des risques.

Si vous succombez à la flemmardise (Netflix, siestes, jeux vidéos…), vous pouvez prendre du retard dans la production et ne pas gagner assez d’argent.

Si au contraire vous ne vous fixez pas des limites, vous pouvez finir par travailler 7 jours sur 7 jusqu’à épuisement. 

Vous n’êtes pas en vacances, mais vous n’êtes pas non plus en train de faire un sprint !

Le maître mot c’est l’équilibre.

 

10 – Gérer sa productivité

À l’école, on encourage ceux qui travaillent le plus longtemps sans nécessairement analyser le résultat obtenu dans le temps imparti. 

Dans la vraie vie, les gagnants sont ceux qui font plus ou autant en moins de temps que les autres, pas ceux qui travaillent le plus longtemps, car ce n’est tout simplement pas rentable.

Un freelance rentable n’est pas efficace, mais efficient.

En tant que freelance, on vend notre temps contre de l’argent. Ce temps est limité, donc si vous faites plus en moins de temps, vous faites plus de marge.

Votre productivité horaire est très importante. Faites le juste nécessaire. Si vous avez vendu 7 heures, n’en faites pas 20 !

Par exemple, si vous vendez 5 heures de travail à un client à 50 € de l’heure, mais qu’en réalité il vous faut 10 heures pour livrer, alors votre vrai taux horaire est de 25 € de l’heure, soit deux fois moins.

Ensuite, si vous faites toujours plus pour vos clients, ils vont finir par s’habituer. Le jour où vous allez en faire moins (pas plus que ce qui était prévu), ils vont être déçus et ils vont râler car vous les aurez habitué à plus. C’est humain.

Passez également le moins de temps possible à réaliser les tâches qui ne génèrent pas de chiffre d’affaires. Par exemple, ne faites pas vos factures sur Excel. Investissez dans un outil dédié, et utilisez le temps gagné pour trouver de nouveaux clients.

Enfin, si vous voulez être productif, il vous faut des outils et des méthodes. La productivité est une compétence qui s’acquiert avec le temps, mais votre apprentissage peut être accéléré en vous formant aux bonnes pratiques et en utilisant les bons outils.

Voici 5 habitudes qui m’ont aidé à augmenter ma productivité.

 

En résumé

Si vous n’avez pas envie de tout lire, ou si vous voulez retrouver les points essentiels de l’article, voilà un résumé de la méthode : 

  1. Validez vos prestations,
  2. Identifiez votre cible,
  3. Calculez votre taux horaire,
  4. Créez votre entreprise,
  5. Réalisez un site internet,
  6. Trouvez des clients,
  7. Fidélisez-les,
  8. Bâtissez une bonne réputation,
  9. Maintenez un équilibre et faites preuve d’auto-discipline,
  10. Soyez attentifs à votre productivité.

 

Formation gratuite : Comment devenir auto-entrepreneur pour se lancer en tant que freelance ?

Aucun commentaire

Laisser un commentaire