Catégories Devenir digital nomad

Digital nomad : la liste complète de choses à faire avant de partir


Digital nomad avant de partir

Article mis à jour le par Adrien Asselineau

Partir travailler en voyageant pour une durée indéterminée est pour moi un changement de vie radical, une véritable quête de soi.

C’est une décision qui est la conséquence d’une longue réflexion, et qui mérite une préparation importante. On ne peut pas laisser sa vie d’avant juste comme ça en prenant un billet d’avion, et en mettant quelques vêtements dans une valise.

À l’heure ou j’ai écrit cet article, j’étais en plein milieu des préparatifs, donc je me suis dit que j’allais partager l’expérience.

Pour vous aider à partir sereinement, je partage avec vous ma liste de tâches avant de partir en nomade digital.

 

Ma liste de tâches avant de partir en nomade

L’ordre n’est pas important, c’est celui dans lequel j’ai traité les tâches ou décidé de les traiter. Allez directement vers les éléments qui vous intéressent si vous le souhaitez.

Mes conseils s’adressent principalement aux indépendants (entrepreneurs et freelances).

 

Générer des revenus récurrents

Il est tout à fait possible de créer son entreprise après votre départ, ou de partir avec 500 € de revenus par mois, mais ce n’est pas l’objet de l’article.

Personnellement, je vous recommande plutôt de partir avec au moins 1 200 € de revenus mensuels (environ le SMIC), peu importe la nature (contrats mensuels, clients fidèles, revenus passifs…).

Plutôt que de créer/développer mon entreprise en voyageant, j’ai préféré partir avec suffisamment de revenus récurrents en freelance pour financer mes besoins essentiels dès le départ, et rester serein.

Grâce à des contrats freelance de longue durée, je sais que tous les mois il y a tant d’euros qui tombent quoi qu’il arrive pendant « x » temps. 

Pour vivre et travailler dans des conditions similaires à ma vie en France, je sais que j’ai besoin d’argent pour :

  • Manger,
  • Me loger,
  • Me déplacer,
  • Louer un bureau en coworking,
  • Financer mon activité (téléphonie, logiciels, formations, abonnements…),
  • Payer mes charges sociales (microentreprise).

Si jamais ces contrats récurrents devaient s’arrêter, j’ai prévu de l’épargne pour vivre le temps de générer de nouveaux revenus.

Combien ? On en parle plus bas 🙂

 

Obtenir l’accord de ses clients

Générer des revenus réguliers je vous le recommande, mais obtenir l’accord de vos clients, c’est juste in-dis-pen-sable !

Si vous êtes indépendant, vos clients sont TOUT. Sans eux, vous n’existeriez pas. Il faut leur être reconnaissant, car c’est grâce à leur confiance que vous pouvez vous permettre de travailler en voyageant.

Comment obtenir leur accord ? La première étape est d’en parler le plus tôt possible. Désormais, dès qu’une entreprise souhaite faire appel à mes services, je lui explique mon mode de vie, et ce que cela implique : télétravail, Skype, décalage horaire, outils collaboratifs…

C’est très important de prendre le temps de leur expliquer votre projet pour obtenir leur accord explicite, et instaurer une relation basée sur la confiance.

Dans les faits, si vous êtes à l’heure aux rendez-vous Skype, que vous livrez dans les temps, et que la qualité de votre travail est identique, sinon supérieure à ce que vous produiriez en présentiel, vos clients ne verront pas la différence. Certaines entreprises n’ont pas encore intégré le télétravail, mais d’autres sont au contraire à la recherche de profils nomades, comme par exemple la société Automattic (créateurs de WordPress) qui n’a tout simplement pas de bureaux, et qui pourtant ont des collaborateurs dans presque 70 pays différents.

Je télétravaille à plein temps et mes clients sont satisfaits.

Si vous avez un client qui représente une grande partie de vos revenus, il est conseillé d’aller le voir périodiquement pour renforcer la relation. Je travaille deux jours par semaine pour une agence de référencement, et c’est au contraire un grand plaisir, car j’ai des collègues avec qui je suis devenu ami.

 

Constituer une épargne de secours

Vols annulés, correspondances ratées, ordinateur en panne, taxi attrape touriste… Quand on voyage, les imprévus sont inévitables, et une épargne de secours peut vous sauver la mise.

Partez du principe que vous allez inévitablement dépenser 20 à 30 % de plus que prévu.

De plus, lorsque vous êtes à votre compte, vous n’avez pas un salaire fixe qui tombe tous les mois le même jour. Il faut accepter qu’il y ait des mois creux.

Partez avec 10 000 € d’épargne

Pour être plus serein et pour me concentrer pleinement sur ce qui compte vraiment (mes clients, les voyages), j’ai décidé de partir avec 10 000 € d’épargne.

Certains diront qu’il faut plus d’argent, d’autres diront que c’est beaucoup trop et que je suis beaucoup trop prévoyant, mais je partage avec vous ce que j’ai décidé de cumuler comme épargne avant de partir. Je me dis qu’avec ce montant, je peux financer les imprévus et vivre 3-4 mois sans revenus le temps de retrouver des clients.

 

Prendre une banque en ligne pour limiter les frais à l’étranger

Les banques traditionnelles (Crédit Mutuel, Crédit Agricole, Société Générale, BNP Paribas…) appliquent des frais aux paiements CB et aux retraits effectués à l’étranger. Fort heureusement, il existe des banques en ligne et des applications mobiles qui proposent des offres beaucoup plus intéressantes pour les voyageurs.

Je vais vous parler de trois banques/applications que j’utilise à l’étranger :

 

1- Boursorama Banque

Boursorama Banque

Pour mes besoins personnels, j’ai choisi Boursorama Banque depuis environ 3 ans.

AvantagesInconvénients
0 € de frais de tenue de compte,Retraits et paiements en devises hors euros facturés 1,94 %,
Carte Visa Gold gratuite,Encaissement des chèques par voie postale
Retraits et paiements en € gratuits,Service client difficile à joindre
Gestion des plafonds CB depuis l’application mobile
Déclaration de l’usage de sa carte à l’étranger depuis l’application mobile
Réception d’un sms en cas de paiement à l’étranger

Gagnez 80 € en créant votre compte en cliquant sur mon lien de parrainage

 

2 – N26

Pour ma microentreprise, j’ai choisi N26. C’est une banque en ligne allemande créée en 2013. La presse appelle ces nouveaux acteurs les « néobanques » (N26, Revolut, Qonto…).

N26 propose des offres gratuites, mais aussi des offres payantes qui donnent accès à des assurances , et à un service client dédié.

J’ai souscrit à l’offre N26 Black en janvier 2019 :

 

AvantagesInconvénients
Carte Mastercard gratuite5 retraits gratuits par mois en euros
5 retraits gratuits par mois en euros
Certaines banques ou organismes refusent le RIB vu qu’il n’est pas français
Paiements par CB gratuits dans toutes les devisesEncaissement des chèques par voie postale
Retraits d’espères gratuits dans toutes les devisesObligation de déclarer son compte n26 aux impôts vu qu’il est à l’étranger via l’annexe 3916
Assurance moyens de paiement et vol de téléphone portable
Assurance voyage pour couvrir les frais de santé
Virements réalisables en quelques secondes depuis l’application mobile
Notifications immédiates en cas de paiement ou de dépense
Extension de garantie d’un an si vous achetez votre matériel informatique avec votre carte N26
0,1 % de cashback sur tous les achats effectués

Gagnez 15 € lors de votre premier achat en cliquant sur mon lien de parrainage

 

3 – TransferWise

 

TransferWise n’est pas une banque, c’est une entreprise Estonienne de transfert d’argents internationaux de pair à pair.

Autrement dit, c’est un bureau de change dématérialisé.

Admettons que vous ayez besoin de dollars américains, vous effectuez un virement en € vers TransferWise, et TransferWise vire sur votre compte les dollars américains.

L’application et la carte bancaire sont 100 % gratuits.

Les transferts internationaux sont facturés 1 %.

Bénéficiez d’un transfert international gratuit en cliquant sur mon lien de parrainage.

 

Trouver un foyer pour son animal de compagnie

Mon chat Nixon
Mon chat Nixon, avouez qu’il est trop beau !

Si vous n’avez pas d’animal de compagnie, passez à la partie suivante.

Si j’ai un chat/chien, je fais comment ? Je peux partir avec lui ? Est-ce que le fait d’avoir un animal de compagnie est un frein au nomadise digital ?

La réponse est non. Bien entendu, c’est plus complexe de partir avec son animal de compagnie, mais ce n’est pas impossible.

J’ai un chat, Nixon, il a bientôt deux ans et je l’aime énormément. Pour autant, ce n’est pas une raison valable pour renoncer à mon projet. J’ai demandé à mes proches s’ils étaient d’accord de le garder pour une durée indéterminée, et ma soeur a accepté (merci Béné ❤️).

 

Acheter un sac de voyage adapté

Quand on voyage souvent, le choix des bagages est crucial.

Trop gros, vous allez dépenser davantage à l’aéroport pour mettre votre bagage en soute, et vous allez vous fatiguer dans les trajets de l’aéroport à l’hôtel.

Trop petit, vous allez manquer de place, et vous ne pourrez pas emmener tout ce dont vous avez besoin.

Taille maximum du bagage cabine : 56 cm x 45 cm x 25 cm, poignées et roulettes incluses

Selon l’IATA (International Air Transport Association), le bagage à main devrait mesurer au maximum 56 cm x 45 cm x 25 cm, poignées et roulettes incluses.

Pour l’avion, j’ai opté pour le sac Osprey Farpoint 40. Il a une capacité de 40 litres et respecte les dimensions autorisée par l’IATA. Dedans, je mets toutes mes affaires : vêtements, hygiène, ordinateur portable, accessoires informatiques, livre, etc.

Sac de voyage Osprey Farpoint 40L
Sac de voyage Osprey Farpoint 40L en « Volcanic grey »

Pour les courts trajets (de l’hébergement au coworking) et pour la vie de tous les jours (tourisme, courses, linge…), j’ai opté pour le sac Travel Compact 20L de Décathlon.

Sac à dos ultra compact 20 litres Quechua
Sac à dos Travel Compact 20 litres Quechua

Pourquoi emmener deux sacs quand on peut avoir qu’un seul bagage cabine ? Le premier est trop gros pour la vie de tous les jours. Il faut un sac d’appoint, mais qui ne génère pas de coûts supplémentaires à l’aéroport, qu’on peut mettre dans son sac de voyage, ou sous le siège d’avion (selon les compagnies).

C’est là que le sac Décathlon rentre en jeu, car on peut le plier, et il devient compact, ce qui est très pratique.

 

Faire une demande de permis international (facultatif)

Permis de conduire international
Permis de conduire international

Faire une demande de permis international ce n’est pas indispensable, il y a bien plus important dans la liste de tâches, mais c’est gratuit (coût d’une photo d’identité), et ça peut toujours service si à un moment donnée vous voulez louer une voiture dans un pays où le PCI (Permis de conduire international) est exigé.

Voici les démarches

  1. Faire une pré-demande en ligne sur le site de l’ANTS (agence Nationale des Titres Sécurisés),
  2. Imprimer l’attestation,
  3. L’envoyer par courrier avec une photo d’identité.

Plus d’informations sur le site du Gouvernement

Bon à savoir : le document délivré est énorme ! Il ne rentre dans aucun portefeuille, ce qui est relativement contraignant.

 

S’équiper avec le matériel informatique adapté

Pour un digital nomad, avoir du bon matériel informatique est indispensable.

Votre matériel doit vous permettre de travailler partout, tout en étant léger, et en prenant le moins de place possible dans votre valise.

Voici le matériel avec lequel je travaille et que je voyage :

  • Macbook air 13 pouces,
  • Une housse d’ordinateur,
  • Adaptateurs Mac (HDMI et Ethernet),
  • Apple Magic Keyboard (clavier bluetooth),
  • Un support d’ordinateur URBO,
  • Tapis de souris,
  • Souris Logitech M330 Silent (bluetooh et silencieuse),
  • Casque à réduction de bruit SONY WH 1000XM2,
  • Appareil photo Lumix DMC-TZ100 – noir,
  • Trépied GorillaPod Magnetic 325.

 

Prendre une assurance voyage

Vous avez deux possibilités, soit vous avez une assurance voyage via votre carte bancaire, et cela vous suffit, soit vous pouvez opter pour une offre plus complète auprès d’un assureur.

Pour les nomades digitaux, vous avez plusieurs offres qui vous sont dédiées, comme par exemple Chapka Assurances.

Pour en savoir plus sur les assurances internationales, je vous recommande chaudement de lire le comparatif très complet de Kalagan.

En partenariat avec une autre blogueuse, ils ont réalisé un travail énorme de lecture des contrats, des garanties et des conditions générales de cinq différents contrats.

Si vous êtes justement en train de vous documenter sur le nomadisme digital, je vous recommande son blog qui m’a grandement aidé !

Si vous voyagez en Europe, pensez à demander votre Carte Européenne d’Assurance Maladie sur ameli.fr.

 

Gérer son courrier

Du jour au lendemain, vous vous retrouvez sans adresse postale, mais vous continuez tout de même à recevoir du courrier.

De plus, certaines lettres importantes doivent êtres remplies à la main (formulaires CERFA…), donc il vous les faut absolument.

Si vous voulez éviter de demander à vos proches de gérer votre courrier, voici des solutions alternatives.

Il vous faudra :

  1. Trouver une adresse (domiciliation),
  2. Déménager votre entreprise (si vous avez déjà créé avant de partir),
  3. Souscrire à une offre de réexpédition de courrier à la Poste (54,50 € pour 12 mois),
  4. Mettre à jour votre adresse dans les différents organismes et services souscrits,
  5. Choisir une offre de numérisation de courrier pour le consulter depuis l’étranger.

 

Il existe des services en ligne tels que le Courrier du voyageur qui vous permettent d’avoir une adresse en France, et de consulter votre courrier en ligne.

Le Courrier du Voyageur réceptionne votre courrier et le numérise pour vous permettre de le visionner depuis l’étranger.

 

Personnellement, j’ai choisi de passer par une société de domiciliation à Angers qui s’appelle ABIL.

Étant micro-entrepreneur, je reste juridiquement une personne physique, donc mon courrier personnel et professionnel sont confondus.

J’ai indiqué l’adresse de domiciliation aux différents organismes, commandé une réexpédition de courrier et déménagé ma micro-entreprise là-bas.

ABIL réceptionne mon courrier, le scanne sur Google Drive pour que je puisse le consulter partout dans le monde, tant que j’ai une connexion internet.

 

Si vous êtes une société ou bien une entreprise individuelle, alors il faut vous intéresser à la domiciliation d’entreprise. Je vous recommande ce podcast.

Ces informations ne viennent pas de moi, mais de de Jean-Benoît Moingt, expert en référencement et digital nomad, qui a eu la gentillesse de m’accorder du temps pour répondre à mes questions.

Je vous recommande chaudement son Guide ultime 2019 pour devenir digital nomad.

 

Rendre son logement, vendre et/ou donner ses affaires

Un locataire qui souhaite quitter son logement doit adresser une lettre de congé au propriétaire. Sauf exception, le délai de préavis est de trois mois.

Cela vous laisse 90 jours vous vendre vos affaires, et mettre à l’abri les biens que vous souhaitez conserver.

Si vous voulez tout vendre, plusieurs solutions sont possibles :

  • Le Bon Coin,
  • Facebook,
  • Vos voisins,
  • Vinted.fr (pour les vêtements).

J’ai choisi de donner la plupart de mes vêtements, de mon mobilier et de mes chaussures à l’association Emmaüs.

UPDATE  MAI 2019 : une grande partie des vêtements ont également été donnés à une famille dans le besoin au Maroc.

 

Vous pouvez aussi passer par l’association Le Relais, qui a tout un réseau de conteneurs dans les rues pour déposer vêtements, chaussures et petite maroquinerie.

Pour ce qui est du mobilier et l’électroménager, je vais tout vendre pour générer de l’épargne. CE qui n’aura pas trouvé d’acquéreur ira également à Emmaüs.

 

S’il y a des biens que vous souhaitez conserver (biens de valeur, objets de famille, etc), vous pouvez louer un box, ou bien les mettre chez un proche.

 

Prendre son billet d’action

Déjà ? Oui oui !

Ce n’est pas du tout obligatoire bien évidemment, mais en prenant votre billet d’avion, vous passez à l’action !

En fixant une date limite, vous permettez à votre cerveau de se concentrer sur les préparatifs, fini la réflexion.

C’est en réservant un biller aller simple pour Lisbonne que j’ai pu enclencher le projet.

 

Trouver un hébergement dans votre première destination

Vous avez plusieurs possibilités pour vous trouver un hébergement à l’étranger :

  • AirBnB,
  • Booking.com,
  • Les groupes de nomades sur Facebook,
  • Etc.

J’ai décidé de prendre un AirBnB pour commencer. Même si c’est plus intéressant financièrement de prendre un appartement pendant au moins un mois, ça me permettra de visiter les différents quartiers et de choisir une location qui me plaît vraiment.

La liste est dense, mais si vous vous y prenez à l’avance, ça vous laisse le temps de gérer les tâches une par une. Je m’y suis pris en janvier 2019 pour partir en juillet 2019, soit 6 mois de préparatifs.

 

Formation gratuite : Comment devenir auto-entrepreneur pour se lancer en tant que freelance ?

Aucun commentaire

Laisser un commentaire